Littérature française·Littérature jeunesse·Polar

Silence de Benoît Séverac

octobre-silence Silence est un roman jeunesse / Young Adult de Benoît SEVERAC. Je l’ai découvert au mois de septembre grâce à une collègue. On cherchait des livres pour les adolescents sur le handicap, elle avait entendu parler d’un roman sur la surdité. A force d’indices divers et variés, on a réussi à mettre la main dessus.

J’avais le thème principal, la surdité, mais je n’en savais pas plus dessus. Par contre, je connaissais l’auteur, Benoît Séverac. J’avais commencé un de ses romans, L’homme qui dessine, sans réellement accroché. Je ne l’ai d’ailleurs jamais fini même si j’en ai entendu beaucoup de bien. Je me suis donc attelée à cette lecture avec peu d’envie.

L’histoire

« Vous êtes au service ORL de l’hôpital Purpan de Toulouse ». Une autre page. L’écriture était grosse afin qu’il puisse lire plus facilement ; ils savaient qu’il aurait du mal à rester concentré : « Vous avez subi un traumatisme acoustique grave. Vous êtes resté dans le coma pendant plusieurs jours. Vous avez perdu l’audition. »
Jules revient peu à peu à lui dans la chambre d’hôpital où il est soigné. Il n’entend plus. Les vertiges et les maux de tête qu’il ressent l’empêchent de réaliser tout ce que cela implique. Il se souvient d’avoir avalé deux cachets d’ecstasy coup sur coup pour impressionner une fille. Après, plus rien. Il n’a pas la moindre idée de ce qui lui est arrivé.

Jules, en seconde dans un lycée de Toulouse, va à la fête foraine de Saint Michel avec ses deux amis, Faouzi et Alf, et Marion, sa copine. Alors qu’il pense avoir merdé pendant la soirée, il décide de prendre deux cachets d’ecstasy pour impressionner Marion et se rend à une rave. C’est le dernier souvenir que Jules a de sa soirée. Il se réveille une semaine plus tard après un coma. Il est sourd.

A l’aide de Damien, son infirmier, et de sa famille, Jules va apprendre à faire face à son handicap et à vivre avec mais la soirée de la Saint Michel revient le hanter quand la police vient l’interroger pour démanteler un trafic de drogue.

Mon avis

Ce court roman de société aborde des thèmes qui sont parfois difficiles à aborder avec un adolescent : la drogue, le handicap, l’amitié. L’auteur le fait avec justesse et sans tomber dans le pathos, ce qui est souvent un risque de ce genre de roman. Il évite également d’en faire un roman moralisateur et c’est tant mieux.

Ce roman n’est pas parfait mais il joue bien son rôle. Il permet de réfléchir sur le handicap et apporte quelques clés pour s’en relever. Plus qu’un guide pour les personnes qui donnent faire face aux handicaps, il éveille les gens à cette question afin d’éviter l’isolement des personnes en situation de handicap.

Le seul bémol concerne une partie de l’intrigue : l’enquête. Elle semble parfois maladroite et les flics manquent de crédibilité. Cela ressemble parfois un peu trop à une mauvaise fiction de TF1 ou de M6. C’est dommage.

 

Pour conclure

Un roman court efficace qui donne une vision réaliste mais pleine d’espoir du handicap. A mettre entre toutes les mains.

Et vous qu’en avez-vous pensé ?

L’auteur a écrit une suite Le garçon de l’intérieur où on retrouve Jules, 9 mois après son accident en Alsace.


Références : SEVERAC, Benoît. Silence. Paris : Syros, 2011. 150 p. (Rat noir)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s