Fantasy

Les Magiciens de Lev Grossman

les-magiciens_livre1.inddEntre décembre et avril, Syfy, une chaîne américaine, a diffusé une nouvelle série adaptée de la trilogie Les Magiciens de Lev GROSSMAN. Le premier épisode a été diffusé le 16 décembre 2015.

La série étant sympathique, j’ai voulu découvrir un peu plus en profondeur l’univers de cette trilogie qui me semblait prometteuse. Je me suis donc procurée le premier tome : Les Magiciens.

Une adaptation en demi-teinte et un livre à découvrir.

L’histoire

Quentin est un jeune garçon surdoué de 17 ans qui se prépare à rentrer dans une université prestigieuse mais il ne se sent jamais à sa place entre Julia, sa meilleure amie dont il est amoureux, et James, le preux chevalier. Malgré son âge, il est toujours accroché au monde de Fillory, une série de cinq livres de fantasy pour la jeunesse. Alors que sa morne existence semble tracée devant lui, il se retrouve entrainé dans un lieu étrange, Brakebills, pour y passer un examen d’entrée. Il le réussit. Quentin vient d’intégrer une école de magie et son existence va changer.

Le roman est scindé en quatre livres. Le premier retrace la vie de Quentin à Brakebills, accompagné de ses camarades, Eliot, Janet, Alice, Penny et Josh. Le deuxième livre est sur leur intégration au monde normal dans lequel ils sont abandonnés avec de l’argent pour survivre et aucun but. Quentin fait de nombreuses erreurs. Le troisième livre est sur leur voyage à Fillory (oui Fillory existe), quête fantasmée qui tourne au cauchemar et le dernier tome retrace la guérison et le repli de Quentin, esseulé.

Ce n’est pas une histoire toute joyeuse et lisse, les héros sont plus torturés qu’on ne pourrait l’imaginer au premier abord.

Le livre versus la série

Avant de vous donner mon avis sur ce livre, je vais me prêter à une petite comparaison entre la série et le livre.

les magiciens série
The Magicians (SyFy)

Comme dans le livre, dans la série on retrouve les mêmes protagonistes (hormis Josh), Brakebills existe, Fillory également. La majorité des évènements principaux du livre sont retranscrits mais pas dans le même cadre, ni de la même façon, et surtout la trame principale de la série n’apparait que tardivement dans le livre et n’est pas aussi importante.
Le héros me fatigue dans les deux versions mais bon moi et les héros ça fait deux. Par contre, les personnages ne se ressemblent pas. Alice doit avoir les cheveux noirs et un look introverti alors qu’elle est blonde dans la série. Les personnages sont plus beaux dans la série mais il fallait s’y attendre de la part des américains.

Julia a une place importante dans la série avec un axe narratif parallèle alors que dans le livre on n’en parle quasiment pas. Il est possible que ce qui arrive à Julia dans la série soit relaté dans le tome 2 de la trilogie mais je ne l’ai pas encore lu. Autre gros changement, le temps. La série s’étend sur une année scolaire, le livre sur sept à huit ans.

La série a clairement été faite pour les 15-25 ans et les changements sont faits pour coller à cette tranche d’âge. Je suis un peu déçue que l’histoire soit modifiée non pour apporter quelque chose de plus mais pour des raisons de marketing et d’audience. L’ensemble reste tout de même agréable à regarder.

Mon avis

Je n’ai pas été déçue par le livre mais je ne m’attendais pas à ça. Je ne suis pas fan du style de l’auteur et l’attitude de certains personnages peut être pesante. J’ai eu un peu de mal à lire ce livre même si je l’ai trouvé intéressant.

Il a été comparé à Harry Potter. J’ai eu un peu de mal à voir le rapport mis à part que ce sont des sorciers dans une école. J’admets un vague parallèle pour les 150 premières pages et basta. L’ambiance est beaucoup trop différente et Harry Potter a avant tout une quête et un destin à accomplir pour Quentin, c’est différent. Quentin subit une totale désillusion et sa quête est un piège. Il a plutôt une réflexion sur la vacuité de sa vie, son errance.

Pour conclure, ce n’est pas Harry Potter à la fac, soyons clair. Le style est différent, l’ambiance également. C’est un livre agréable mais qui n’a pas révolutionné ma vision de la fantasy.
J’ai quand même envie de savoir ce que l’auteur a à proposer pour la suite. On se retrouvera donc pour une chronique du tome 2, Le roi magicien (il est déjà sur ma table de nuit).

N’hésitez pas à commenter ! Bonne lecture.


Références : GROSSMAN, Lev. Les Magiciens. Nantes : L’Atalante, 2016. 508 pages. 23 €

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s