Historique·Lectures communes·Littérature anglaise

Orgueil et Préjugés de Jane Austen

Orgueil et Préjugé (couverture)

Voici la Lecture commune de La Critiquante du mois de mars : le fameux Orgueil et Préjugés de Jane Austen.

J’ai fini le livre, il y a 2 semaines mais je n’ai pas eu le temps de m’atteler à cet article avant (je suis un peu surmenée niveau boulot). Je devrais prendre un rythme plus régulier dès avril pour les publications.

J’avoue j’avais déjà lu ce livre mais c’était il y a une petite dizaine d’années donc ce fut un vrai plaisir de le redécouvrir. J’ai eu un petit temps d’adaptation face au style littéraire du XVIIIe siècle mais ce temps-là passé, j’ai eu du mal à lâcher le livre.

De quoi ça parle ?

Pour ceux qui ne connaissent pas, voilà le résumé de la quatrième de couverture :

 » Élisabeth Bennet a quatre soeurs et une mère qui ne songe qu’à les marier. Quand parvient la nouvelle de l’installation à Netherfield, le domaine voisin, de Mr Bingley, célibataire et beau parti, toutes les dames des alentours sont en émoi, d’autant plus qu’il est accompagné de son ami Mr Darcy, un jeune et riche aristocrate. Les préparatifs du prochain bal occupent tous les esprits…
Jane Austen peint avec ce qu’il faut d’ironie les turbulences du coeur des jeunes filles et, aujourd’hui comme hier, on s’indigne avec l’orgueilleuse Élisabeth, puis on ouvre les yeux sur les voies détournées qu’emprunte l’amour… « 

famille-bennet

Orgueil et Préjugés suit donc les aventures d’Elizabeth Bennet dans la campagne anglaise de la fin du XVIIIe siècle. Cet ouvrage est découpé en 3 parties.

La première partie sert en grande partie à présenter tous les personnages et donne un tableau de la vie de campagne à l’époque et son opposition avec la vie londonienne. Elle commence par l’annonce de l’arrivée de Mr Bingley à Netherfield par Mrs Bennet et se termine par l’annonce du mariage de Mr Collins, le cousin de la famille. On fait la rencontre du jeune Mr Bingley, du fameux Mr Darcy, du charmant Mr Wickam et du ridicule Mr Collins

hommes.longbourn La deuxième partie sort les filles Bennet de Longbourne, Jane part à Londres chez Mr et Mrs Gardiner, Élisabeth part dans le Kent voir son amie Charlotte puis dans le Derbyshire avec son oncle et sa tante. On découvre de nouveaux paysages. C’est le temps des déceptions amoureuses après les envolés de la première partie. Mr Bingley a quitté Netherfield précipitamment, Lizzie découvre la vraie nature de Wickam. Et évidemment, c’est le moment de la première en demande en mariage de Mr Darcy.

La troisième et dernière partie suit les balancements du cœur de Lizzie du rejet total de la demande au mariage. On se promène tout d’abord dans le Derbyshire où les Gardiner et Lizzie sont en vacances. Ils en profitent pour découvrir Pemberley, la demeure de Mr Darcy en l’absence des propriétaires mais ce dernier apparait au moment où on ne s’y attend pas. Son attitude vis à vis d’Élisabeth change, un vrai gentleman. Dans l’adaptation de la BBC de 1995 (à vérifier), ce passage donne lieu à une scène devenu mythique, la baignade de Darcy dans l’étang de son domaine. Dit comme ça, ça rend rien mais cette scène a tout de même fait beaucoup rêver et a donné un petit plus à Colin Firth. Il existe maintenant une statue de cette scène.

pemberley

C’est aussi le moment où on se rend compte que la sottise de Lydia n’a pas de limites et son voyage à Brigthon était loin du bonne idée. Le caractère de Wickam est révélé au grand jour mais tout se finit pour le mieux, pour l’époque.

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

J’ai vraiment beaucoup apprécié ce roman et pas seulement pour sa romance connue de tous. J’ai un véritable coup de cœur pour Jane Austen et sa capacité à croquer son monde, teinté d’ironie et d’indulgence. C’est avant tout l’aspect sociétal qui m’intéresse dans ses romans, et aussi la manière qu’elle a de se moquer de ses héroïnes.

Je n’aime pas particulièrement Élisabeth, elle est trop sûre d’elle, a des avis trop tranchés et sans concessions. Le seul aspect que j’apprécie réellement chez elle, c’est quand Jane Austen l’utilise pour critiquer son époque, les conventions absurdes, les mentalités.

Ce roman permet à Jane Austen d’aborder plein de questionnements de l’époque autour des idées d’honneur, de vertu, de parole et aussi sur la position de la femme, soumise au bon vouloir d’un mariage souvent arrangé. Cette nécessité du mariage est important dans l’œuvre de Jane Austen.

Mon avis : FONCEZ ! Venez découvrir ce petit bijou des classiques anglais. Si je devais vous conseiller un autre Austen, je dirai Northanger Abbey pour l’humour et l’ambiance gothique.

Pour découvrir la critique de La Critiquante, c’est par là.


Références : AUSTEN, Jane. Orgueil et préjugés. Paris : Livre Poche Classique, 2011. 510 p. (n’hésitez pas à lire la préface).

Publicités

2 réflexions au sujet de « Orgueil et Préjugés de Jane Austen »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s