Autobiographie·Littérature française

En finir avec Eddy Bellegueule d’Edouard Louis

En finir avec Eddy Bellegueule (1er couv)Cela fait à peu près un mois que je dois poster cet article mais j’ai eu du mal à l’écrire et à me poser pour le faire mais c’est chose faite maintenant. Bonne lecture.

J’ai longtemps hésité à lire ce livre. Je me souviens qu’à sa sortie j’étais autant intéressée qu’agacée par l’ouvrage et la promotion qu’il y avait eu autour. J’ai encore en mémoire (de manière assez vague) un passage de l’auteur, Édouard Louis, à 28 minutes (Arte). J’ai eu beaucoup de mal à apprécier l’image qui ressortait de ce passage télévisuel. J’étais d’ailleurs plus ou moins décidée à ne pas lui donner un centime. Il y avait quelque chose de pédant et de dérangeant dans sa manière de s’exprimer sur des sujets qui sont assez dures et loin d’être anodins. Il y avait aussi eu des remarques sur le fait qu’il trainait dans la boue sa famille en tenant des propos déplacés et vindicatifs. J’avoue j’ai eu beaucoup d’appréhensions envers cet ouvrage mais assez blablaté sur mes préjugés

Ce que nous raconte

Édouard Louis, jeune vingtenaire, décide de raconter son enfance et son adolescence dans la campagne picarde. Il grandit dans un milieu rural assez pauvre, la classe populaire. Édouard Louis n’est pas son nom à l’époque, il s’appelle Eddy Bellegueule.
Son enfance est loin d’être facile comme bon nombre de jeune de la classe populaire mais Eddy connait une difficulté supplémentaire, il est homosexuel. L’homosexualité dans les milieux populaires et ruraux est assez mal vécu même aujourd’hui. L’auteur explique comment tout au long de son adolescence il a essayé de se fondre dans un moule qui ne lui convenait pas, les difficultés qu’il a rencontré et son incapacité à réussir totalement. Le texte nous renvoie en permanence cette idée d’échec, d’incapacité, de rejet. En effet, malgré tous ses efforts, Eddy est en permanence rejeté pour sa différence. Il est frêle, il ne correspond pas au standard de l’homme viril véhiculé par le milieu dans lequel il évolue.

Champs picards
Vue sur la campagne picarde

Je ne vais pas raconter l’intégralité de l’histoire, je vous laisse la découvrir tout seul. J’insisterai seulement sur deux points : la violence du texte et la critique de son milieu social. Le texte est part moment d’une extrême violence, notamment car souvent les idées ne sont pas enrobées. La froideur et le détachement qu’on remarque à certains moments dans le texte accentuent cette dureté, cette violence et retranscrit ainsi ce qui a été vécu par l’auteur. Ensuite la critique du milieu social.

Ce que j’en ai pensé

En finir avec Eddy Bellegueule est une autobiographie fictionnelle. A mes yeux toute autobiographie ne peut être que fictionnelle car même avec la meilleure volonté du monde, l’intégralité de ce qu’on peut dire de son passé n’est jamais entièrement réel, il y a toujours une part de fiction. Cette autobiographie qui en est une sans vraiment l’être est une réécriture libre de son histoire par l’auteur. En la lisant on se rend compte que l’auteur a cherché à comprendre ce qu’il a vécu, il l’a analysé pour en tirer des conclusions qu’il nous livre.

Village picard
Un village picard

On ressent dans son roman des influences de la sociologie, notamment Bourdieu mais pas seulement. Il y a une véritable analyse de ce qui a été vécu et sa retranscription dans un vocabulaire précis et sociologique.
Cette volonté d’analyse procure une sensation de détachement de l’auteur vis à vis de ce qu’il a vécu. Cela est peut être à l’origine des critiques qui ont été émises vis à vis des propose qu’il tient sur sa famille et son milieu social. On excuse plus facilement quelqu’un si on ressent ses sentiments.

J’ai vraiment apprécié ces réflexions sur son milieu social d’origine même si la critique est acerbe. Il y a une certaine justesse dans son propos. Je n’ai pas vécu en Picardie mais beaucoup de points qu’il a relevé me sont familiers, notamment la question de la virilité, de l’alcool.

Ce n’est pas un roman doux ou sympathique mais il a de l’intérêt si on est un minimum curieux. Je le trouve plus intéressant pour ces réflexions de type sociologique que pour un certain voyeurisme qu’on peut ressentir à entrer dans la maison d’un étranger qui n’est pas qu’un personnage de fiction.

Est-ce que je conseille ce livre oui ou non ?

Je le conseille fortement qu’on apprécie ou non l’auteur et ce qu’on a pu entendre à son sujet. Ce livre vaut le coup d’être lu qu’on soit d’accord ou non avec l’auteur.
Il apporte une vision contemporaine sur la question de l’homosexualité dans les milieux populaires ruraux, des milieux où il peut être compliqué d’en parler « même si on a rien contre ». Il apporte aussi un point de vue sur l’importance de la virilité dans les milieux populaires et les deux points sont liés.

Lisez-le. Ne vous sentez pas obligé de l’apprécier.


Références : LOUIS, Édouard. En finir avec Eddy Bellegueule. Seuil, 2014.

Si vous voulez en découvrir un peu plus sur le personnage, n’hésitez pas à aller faire un tour sur ce blog : edouardlouis.com. L’auteur a également sorti un nouveau livre Histoire de la violence qui retrace le viol dont il a été victime en 2012. Le livre fait déjà pas mal parlé de lui.

Publicités

2 réflexions au sujet de « En finir avec Eddy Bellegueule d’Edouard Louis »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s