Fantasy·Littérature jeunesse

Les Chevaliers d’Emeraude (Tome 1) d’Anne Robillard

Présentation

chevaliers.emeraude
Premier tome de la saga québécoise Les Chevaliers d’Émeraude

[Quatrième de couverture] « L’Empereur Noir, a levé ses armées monstrueuses pour envahir les royaumes du continent d’Enkidiev. Bientôt, la terre de Shola subit les attaques féroces des sinistres dragons et des impitoyables hommes-insectes. Les sept Chevaliers d’Émeraude, six hommes et une femme, sont les seuls à pouvoir inverser le destin et repousser les forces du Mal.« 

Comme on peut le remarquer au résumé, les Chevaliers d’Émeraude est une saga de fantasy en 12 volumes. Elle est souvent classée en heroic fantasy mais je ne suis pas d’accord avec ça. Je suis très exigeante sur les catégories de fantasy et on a tendance à mettre un peu tout et n’importe quoi en heroic fantasy.

J’ai commencé la lecture de ce tome car la saga est assez populaire chez les collégiens et la communication autour était assez prometteuse (la JK Rowling québecoise !). Avant de me lancer dans une critique peu flatteuse de cet ouvrage, posons le décor. Depuis 500 ans, la paix règne en Enkidiev – un continent regroupant plusieurs royaumes (elfes, hommes, fées) –  mais le roi Émeraude Ier décide tout de même de recréer l’ordre des Chevaliers d’Émeraude qui avaient été détruits après la dernière guerre. Cet ordre de chevaliers a pour rôle premier de défendre le royaume et le continent entier. Ils sont choisis enfants parmi les différents royaumes puis sont formés par le magicien du roi, Elund. Cette formation sert à développer leurs connaissances, leurs habiletés magiques et militaires. Ils ne deviennent chevaliers qu’à la fin de cette formation. Le tome 1 suit la première génération de ces chevaliers, qui sont au nombre de 7, dont 1 femme.
Alors que tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, la reine de Shola vient visiter Émeraude Ier et lui donne en gage de paix sa fille Kira. A son retour en Shola, la reine se fait attaquée, ainsi que son peuple par les armées de l’Empereur Noir. C’est le début de l’aventure.

Mon avis

Soyons franche, je n’ai pas lu ce livre en entier. Je me suis arrêtée au bout de 100 pages.

Pourquoi ?

Tout d’abord, je dois lire beaucoup de livres en ce moment pour le boulot et je préfère éviter de m’infliger intégralement certains si je ne trouve pas cela indispensable. Ensuite j’ai trouvé ce livre particulièrement mauvais.

Alors pourquoi faire une critique ?
Tout simplement car ce livre m’a agacée. Il sert à peu près tous les poncifs existants de la fantasy et c’est lassant. Il y a un roi gentil et fort, des chevaliers vaillants, un super méchant, une princesse mystérieuse, le tout saupoudré de magie, d’elfes et de fées. Je n’y trouve aucune originalité. Rien. Nada. Si vous en avez trouvé, je suis toute ouïe, même prête à reprendre la lecture (je suis curieuse).
Ensuite, ce livre est écrit avec des pieds. Le style est affligeant. J’ai fait lire le premier paragraphe à des amis pour avoir un avis extérieur : ils ont eu du mal à comprendre le sens. Je suis choquée qu’on puisse comparer ce livre avec la saga Harry Potter. Je ne dis pas que JK Rowling a réinventé la littérature mais Harry Potter est bien écrit, le style est simple et facile à lire (ce qui n’est pas évident). L’avantage de cette lecture est que j’ai relu le tome 1 d’Harry Potter, pour être sûr de mon avis. Je voulais savoir si c’était mon souvenir d’ado qui parlait ou pas. Pour avoir relu le tome 1 la semaine dernière, je maintiens mon avis : on ne peut pas dire qu’Anne Robillard est la JK Rowling québecoise. Cela devrait être interdit.
Pour finir, je déteste les héros. Wellan de Rubis est le chef autoproclamé des Chevaliers d’Émeraude. C’est un homme dur, excellent en tout, un leader né mais qui a un cœur quand même et une sensibilité. Il est imbuvable. Je ne m’étendrai pas non plus sur Chloé la seule femme du groupe, qui semble plus correspondre à un quota obligatoire pour faire moderne. C’est une femme, elle est donc douce et prompte à la conciliation. J’ai eu envie de pleurer. Je passerai sur les autres.

Pour en finir.

Vous devez vous en douter je n’ai vraiment pas aimé ce livre (enfin le début). Je ne trouve pas que ce soit de la bonne fantasy. Après, il convient quand même de nuancer un minimum. J’en ai discuté avec une collègue et elle n’est pas d’accord avec moi. Elle trouve l’histoire prenante et le style ne l’a pas dérangé.
Je le conseillerai sûrement à des élèves qui n’ont pas encore lu de fantasy car ce livre peut être une entrée dans cet univers mais pour toute personne qui s’intéresse réellement à la fantasy, je lui dirai de passer son chemin.

 Si vous avez lu ce livre, j’attends votre avis avec impatience.

Références : Robillard, Anne. Les Chevaliers d’Émeraude. T.1, Le feu dans le ciel. Michel Lafon, 2007. 340 p.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Les Chevaliers d’Emeraude (Tome 1) d’Anne Robillard »

  1. Bonjour ! Je suis heureuse d’avoir lu ta chronique, car j’hésitais à acheter ce livre, donc finalement tu m’as peut-être évité une grande déception ! 🙂 C’est étrange, je n’ai pas du tout pensé à Harry Potter en lisant le résumé, mais plutôt à une sorte d’imitation du monde du Seigneur des Anneaux… Peut-être à cause des peuples du genre elfes, hommes, etc… ! Sur ce bonne continuation ! Ravie d’avoir découvert ton blog !

    J'aime

    1. Tant mieux si cette critique t’a servi. Pour l’univers, je suis tout à fait d’accord avec toi, ça se rapproche plus du Seigneurs des Anneaux mais sans la profondeur et la complexité de Tolkien.
      Merci pour tes encouragements.

      J'aime

  2. Hello !
    Cela peut paraitre bête, mais je suis très content de trouver quelqu’un qui est du même avis que moi au sujet des Chevaliers d’Emeraude. Je lis ici et là que la série est géniale, proche du « chef d’œuvre »… Quand le sujet fut une fois lancé dans une discussion, tout le monde vantait les mérites des livres, et ne comprenaient pas pourquoi je n’avais moi, pas accroché… Je me sentais un peu seul sur le coup ah ah.
    Comme toi, je trouve que le style d’écriture ne fait pas envie. Les personnages stéréotypés. L’action est lente, trèès lente. Je veux bien que l’on pose les bases d’un univers, que l’on présente les personnages, mais en un tome, j’ai eu l’impression que rien ne s’était passé. Que l’intrigue n’avait que très, très peu évoluée.
    Pas de quoi me pousser à lire les tomes suivants. Peut-être cela s’améliore-t-il donc par la suite…? La série ne commence-t-elle à être passionnante qu’à partir du second tome (logique, logique)…?
    Tant de questions, mais pas de réponses. Car je ne suis pas prêt du tout à retenter l’expérience des Chevaliers d’Emeraude !
    En tout cas, merci beaucoup pour cet article (et le « J’aime » ! 😉 ). Bonnes futures lectures !

    J'aime

    1. Merci pour ce commentaire. Ça fait toujours plaisir de trouver quelqu’un qui est d’accord avec soi.
      Je te félicite d’avoir réussi à finir le tome 1, je n’en ai pas eu le courage. Il y a pleins de super livres en fantasy qui méritent largement plus mon temps.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s